Bon, ça y est, c’est officiel, la décennie est finie et une nouvelle décade commence. Pour les alcooliques, 2020 sera l’année de tous les dangers … 🙂

J’aime prendre du temps en début de chaque année pour « vérifier que le système » fonctionne bien, que je gère bien mes priorités, mon énergie et mon temps. Avec la décennie qui commence, il n’y a pas de meilleur moment pour réfléchir à la direction qu’on aimerait prendre dans la vie. C’est très symbolique. Une vision à dix ans nous permet d’imaginer l’arbre des possibles de notre vie, de la société, des défis à relever, individuellement ou en groupe.

J’ai commencé à rédiger des articles depuis près d’un an maintenant, dans ce blog et ailleurs. J’ai beaucoup lu sur les objectifs, la productivité et la rédaction de contenu, sachant que mon objectif est de devenir « copywritter » dans les trois prochaines années et de vivre de cette activité.

Quelques uns de ces essais ont eu un impact important sur ma trajectoire en modifiant ma façon de penser sur la gestion du temps et la façon d’atteindre mes objectifs. Mon intention pour les mois qui viennent : profiter de ce blog pour vous raconter des histoires qui vous aideront à atteindre vos objectifs et à être plus productifs dans ce que vous entreprenez.

À ce propos, voici quelques une de mes pensées, décousues, sur ce qui s’en vient. Aucune de ces prédictions « hardcore » n’est à prendre au sérieux naturellement. Je n’ai pas de boule de cristal pour lire l’avenir. Il ne s’agit que d’une tempête sous mon cerveau gauche afin de réchauffer mes doigts d’écrivain en devenir en ce froid hiver québécois.

Elles devraient néanmoins, je l’espère, vous donner une trame pour réfléchir à la direction générale du métier d’entrepreneur et à la façon dont les solutions doivent être orientées pour accéder au marché et le perturber (« disruption ») autant que faire se peut.

Nouvelles façons de diffuser l’information ou les services

À mesure que la technologie a évolué, nous avons eu à notre disposition de plus en plus de moyens de transmettre des informations. Un nombre croissant de mes étudiants en entrepreneuriat me demande « par où commencer », quels canaux de distribution privilégier pour rejoindre ses premiers clients. Au-delà des outils traditionnels enseignés dans les écoles et les universités (Business Model Canvas entre autre), personne n’est vraiment en mesure de leur répondre. Personne n’ose leur dire non plus que le marketing de leur projet (quel qu’il soit) s’apparentera de plus en plus à un métier de créateur de contenu et d’artiste du web. Tout devra être beau, intelligent, pertinent … et gratuit.

Cet article est donc un début de réponse à leur question.

En effet, dans un monde qui se complexifie, avec des technologies de plus en plus pointues et où le contenu est roi, comment organiser les informations et quels médias utiliser pour maximiser notre impact et réussir à vivre de notre passion ?

Voici une courte liste des médias utilisés sur le web par année d’apparition :
– Texte (1990)
– Images (1995)
– Vidéo (2000)
– Logiciels (2005)
– Communauté (2010)
– Interactive (2015)
– « Done 4 You » (2020)
– Réalité virtuelle (2025)
– Installée (2030)

Chaque nouvelle technologie ne chassant pas la précédente mais s’ajoutant à la précédente. Comme un empilement de possibilités qui complexifie notre environnement créatif à mesure que les années avancent.

Méthodes de diffusion d’informations ou de services

Imaginons que je sois professeur de guitare et que je désire utiliser le web pour diffuser mon enseignement et rejoindre une plus grande communauté de personnes intéressées. En 1990, c’était super cool si je mettais un fichier texte gratuit avec ma méthode pour jouer de la guitare.

En 2020, en revanche, je devrais certainement publier une série de vidéos gratuites sur Youtube pour attirer les fans de guitare, créer un logiciel reflétant mon « système » d’apprentissage ou une application qui aiderait les étudiants à apprendre plus vite et en s’amusant, puis promouvoir ces derniers sur les réseaux sociaux au sein d’une communauté que j’ai patiemment créer pendant plus de deux ans sans rien demander en échange … Ce n’est plus la même intensité de création ni le même niveau difficulté. Ni le même investissement financier.

Dans le tableau ci-dessous, je récapitule les méthodes utilisées pour publier du contenu sur le web depuis le début des années 1990 jusqu’au début des années 2030. Encore une fois, tout ceci n’est qu’indicatif mais donne bien la direction que nous sommes en train de prendre.

Intensité créative vs résultat obtenu (échelle 1-5)

La question qui se pose en regardant le tableau précédent est naturellement de savoir par quoi commencer pour avoir le plus d’impact avec des compétences en informatique limitées comme les miennes. D’après mes lectures récentes, voici une estimation approximative de l’effort demandé nécessaire pour créer un contenu cohérent traitant d’un sujet précis par rapport à l’impact ou au retour que je pourrais en retirer :

Je parle souvent d’entrepreneuriat dans ces colonnes mais ce qui précède s’adresse très certainement à l’ensemble des personnes actives. Quand on regarde la façon de promouvoir sa carrière à travers les réseaux sociaux, on s’aperçoit que les créateurs de contenus sur LinkedIn (par exemple) sortent du lot et se font remarquer plus aisément des recruteurs potentiels. On recrute de moins en moins sur diplôme et de plus en plus sur les pratiques que nous mettons en place pour créer du contenu.

Vous voulez changer de job ? Écrivez un livre sur les meilleurs pratiques dans votre domaine d’activité et mettez un lien vers un e-pub gratuit sur votre page LinkedIn.

La technologie permettra aux écrivains d’élargir la portée de leur contenu

Je ne suis clairement pas fan de la théorie selon laquelle les ordinateurs remplaceront les écrivains. Il est probable, au contraire, que les créateurs de contenu qui utilisent la technologie verront leur impact augmenter régulièrement dans les prochaines années. Il sera par contre nécessaire d’adapter son contenu à la multiplicité des formats disponibles.

Dans les années 1920, mon « cercle d’opportunité » en tant qu’écrivain se limitait aux personnes de ma zone géographique à qui mes idées pouvaient être physiquement livrées, comme dans un journal par exemple.

Aujourd’hui, grâce au web, un créateur de contenu peut atteindre une audience massive avec les mêmes mots et un ordinateur relié à internet. Le plus fou est que quasiment tout le monde est en mesure d’obtenir ce résultat, même les illettrés. La pression n’est donc plus sur la qualité du contenu mais sur la capacité à rejoindre les personnes qui sont intéressées par ce que nous avons à dire. Toute la difficulté est là !

Et la technologie devrait nous aider à faire évoluer le contenu et à faire converger le fond et la forme en fonction de nouveaux modèles d’affaires qui restent à inventer. On peut imaginer que le métier d’entrepreneur ressemble de plus en plus au métier d’écrivain / journaliste / scénariste qui met en place un « système » de pensée avec des astuces concrètes pour aider ses clients à « se transformer ».

Sa première action, quel que soit son domaine d’activité, l’obligera à « se mettre sur le marché » à travers des mises en scène bien réfléchies et des vidéos qui recherchent l’impact chez le spectateur. Nous sommes entrés dans l’ère de l’individualisation du contenu et du créateur. Les marques deviennent le plus souvent des marques personnelles. On cherche à communiquer avec une personne physique (même virtuellement) et non avec des « personnes morales » impersonnelles.

Le temps que vous passez à créer et à vous faire connaitre vous rapportera des revenus récurrents et une exposition vous permettant de continuer à faire ce que vous aimez faire. La création de contenu constitue bien la première étape de tout lancement de projet.

2020 est l’année où nous basculons définitivement dans l’économie de la connaissance transformationnelle.

J’en parle longuement dans la vidéo et l’article suivants.

Si vous aimez ce que vous lisez, n’hésitez pas à lâcher un petit clic sur le bouton d’abonnement ou à me faire part des sujets que vous voudriez voir traités dans ces colonnes.


0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :